Samilia Foundation | Tatiana
17311
page,page-id-17311,page-child,parent-pageid-14833,page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-7.6.2,wpb-js-composer js-comp-ver-4.6.2,vc_responsive
 

A Penny for your Thoughts

En Europe, l’exploitation sexuelle est en expansion, les victimes sont difficilement identifiées, les acteurs de lutte contre l’exploitation sur le terrain trop peu nombreux et les législations européennes floues et/ou contradictoires d’un pays à l’autre. Le résultat est que les traffiquants passent entre les mailles du filet et utilisent des moyens de contraindre leurs victimes qui sont inconnus du grand public et donc des potentiels utilisateurs de ces services.

Une affiche interpellante est apparue pendant un mois sur les murs de 6 villes européennes, dont Bruxelles. Une silhouette provocante, un prénom et un numéro de téléphone en sont les seuls éléments. Derrière le numéro belge, Tatiana, victime d’exploitation sexuelle, raconte son histoire et invite chacun à laisser un commentaire, «a thought». Cette campagne a été déclinée conjointement dans 6 villes européennes : Bruxelles, Paris, Bucarest, Sofia, Dublin et Lisbonne.

À l’origine de cette curieuse campagne d’information sur l’exploitation sexuelle, nous trouvons Marian van der Zwaan, une artiste néerlandaise engagée dans la lutte contre les discriminations faites à l’encontre des femmes et des immigrés. Par un travail de recherche et d’interviews de victimes et d’acteurs de terrain, Marian van der Zwaan expose les problèmes sociaux de notre époque.

SONY DSC

Nous pensons qu’il est indispensable de rappeler au public, qu’il soit client de sexe tarifé ou non, que derrière l’apparent consentement des prostituées, se cache souvent un parcours d’esclave sexuel. En effet, il devient de plus en plus compliqué de déceler les signes de la traite des êtres humains chez les travailleuses du sexe, en particulier pour le client s’il n’est pas informé de l’existence de cette pratique inadmissible.

Le projet, intitulé « A penny for your thoughts » a été décliné dans six villes européennes. Six silhouettes et six témoignages qui rappellent que l’exploitation sexuelle est un phénomène qui touche toute l’Europe. À Bruxelles et à Bucarest, c’est la Fondation Samilia qui s’est chargée de l’orchestrer. A Bruxelles, Tatiana s’est retrouve sur deux affiches place falgey, 39 affiches dans le réseau STIB, un profil Tinder et un profil 2emmain.be. Durant un mois, les messages reçus sur le répondeur ont été récoltés. Le 18 octobre, à l’occasion de la journée européenne contre la traite des êtres humains, une conférence de presse a été organisée afin de présenter le résultat de l’expérience. Ensuite, 70 000 cartes postales ont été distribuée avec le visuel de Tatiana et, au dos, les résultats de l’expérience.

BILAN QUANTITATIF

•1685 Appels : Le public a écouté le message jusqu’au bout
•1071 Appels manqués : Le public a écouté le message, mais pas jusqu’à la fin
•191 messages vocaux
•180 SMS

En tout, 2756 personnes ont composé le numéro

•La campagne a été relayée par 15 médias nationaux.
•Les publications de notre page concernant la campagne comptabilisent 6134 vues sur Faceboo
•70.000 cartes Guidooh ont été distribuées à Bruxelles et en Wallonie

Les résultats de la campagne ont été rassemblés sur un site Internet penny.mzwaan.pt qui a été vue 484 fois, ainsi que sur une vidéo, diffusée à l’occasion de la matinée thématique.

Plus d’informations sur les résultats ICI